Risques Psychosociaux

Les bouleversements du monde du travail avec l’intensification, la complexification des structures, la précarisation de l’emploi, les contraintes économiques, l’évolution des modes de management…ont fait émerger les risques psychosociaux au travail.

Les risques psychosociaux sont définis comme les risques pour la santé mentale, physique et sociale, engendrés par les conditions d’emploi et les facteurs organisationnels et relationnels susceptibles d’interagir avec le fonctionnement mental. Ce qui fait qu’un risque pour la santé au travail est psychosocial, ce n’est pas sa manifestation, mais son origine.

A ce titre, le Collège d’expertise sur le suivi des RPS au travail (Rapport Gollac à la demande du Ministère du Travail, de l’Emploi et de la Santé) a identifié 6 facteurs principaux de risque, repris dans le guide de l’INRS (ED 6140).

JPEG - 110.4 ko





Cadre règlementaire

PNG - 14.6 ko


Depuis la loi de modernisation sociale de 2002, les risques psychosociaux s’inscrivent dans le même cadre que les autres risques professionnels : ils doivent donc faire l’objet d’une évaluation, qui figurera au Document Unique d’Evaluation des Risques Professionnels, obligatoire pour tout type d’entreprise.

Plusieurs Accords Nationaux Interprofessionnels (ANI) ont été signés entre représentants du patronat et des syndicats de salariés en 2008 sur le stress, en 2010 sur le harcèlement et la violence au travail et en 2013 sur l’amélioration de la qualité de vie au travail. Ces accords, en plus de reconnaître la réalité de ces situations au travail, proposent des alternatives et des conseils aux entreprises pour organiser au mieux leur prévention.


Conséquences des risques psychosociaux : enjeux humains, organisationnels et économiques


Plusieurs enquêtes les illustrent  :

PNG - 88 ko
  • Un salarié sur quatre déclare avoir subi au cours de sa carrière un problème psychologique grave comme une dépression ou un burn-out, selon le baromètre CEGOS (11/2014). 26% des salariés et 22% des managers indiquent que leur travail a été à l’origine de tels troubles.
  • 37% des salariés déclarent éprouver souvent du stress au travail (source CSA/liaisons sociales),
  • De 50 à 60 % des cas d’absentéisme seraient dus au stress. 20% des arrêts de travail de 2 à 4 mois sont liés au stress (CNAM),
  • 3,2 millions d’actifs en risque élevé de burn out en 2014 selon le cabinet Technologia.
  • Le coût du stress en France est estimé entre 1,9 et 3 milliards d’euros en ne prenant en compte qu’un seul facteur de stress (« jobstrain » mesuré par le questionnaire de KARASEK) et trois pathologies associées au stress (les maladies cardiovasculaires, les TMS et la dépression) (sources INRS et ENSAM, 2007),
  • Enquête SUMER et SIP 2010  : 59,1% des salariés français déclarent devoir fréquemment interrompre une tâche pour une autre imprévue, 42,9% déclarent devoir cacher leurs émotions pour pouvoir travailler, 42,3% n’estiment pas que leur travail est reconnu à sa juste valeur, 22,5% affirment vivre au moins un comportement hostile actuellement.

Que faire ?

Afin d’évaluer les facteurs de risques présents en entreprise et pouvoir y répondre, l’INRS préconise une méthode en plusieurs étapes (ED 6139).

La cellule psychosociale de STSA, dotée d’une psychologue du travail, peut intervenir afin d’accompagner employeurs et salariés dans la mise en œuvre de cette démarche.

Retrouvez plus d’informations à ce sujet à la rubrique Cellule Psychosociale de notre site.

Pour en savoir plus sur les risques psychosociaux, consultez les dossiers et sites suivants :


Pour consulter notre sélection de sources d’information, de supports pédagogiques ou de sites d’intérêts sur les risques psychosociaux rendez-vous sur notre plateforme documentaire en cliquant ici